retour à l'accueil NANCY

Gilles Fabre
Christophe Fratin
Georges Folmer
Les frères Feyen
Louis Fuchs
Les Foulon, sculpteurs lorrains

Gilles Fabre (Blâmont 1933-Repaix 2007)


Généalogie par Brigitte Hellio Caquelin

Gilles Fabre Artiste peintre

FABRE (Gilles, Lucien, Marie), Artiste peintre. Né le 7 octobre 1933 à Blâmont (Meurthe-et-Moselle). Fils de Bertrand Fabre, Agriculteur, et de Mme, née Marguerite Bernard. Mar. le 12 juillet 1956 à Mlle Christiane Aubry (4 enf. : Véronique, Elisabeth, Bertrand, Laurence)

Etudes : Ecole communale de Blâmont, Cours complémentaire de Cirey, Ecole des beaux-arts de Nancy, Cours Corlin (arts décoratifs) à Paris. Diplômes : Professeur d’Etat de dessin d’art

Carrière : Dessinateur d’architecture décorative à Nancy (1957) puis à Charleville (1959-61), Professeur de dessin au Collège technique de Sedan (1961), Directeur d’un bureau d’études du bâtiment à Saint-Cloud (1963) puis à Paris (1965-66),

Artiste peintre (depuis 1966), Membre titulaire de l’Académie de Stanislas et Président du 250e anniversaire de l'Académie de Stanislas, Sociétaire des Artistes français et de la Nationale des beaux-arts, Membre de l'Académie internationale de Florence (Italie), expose aux salons d’Automne, des Artistes français, des Indépendants, de la Marine, au salon de la Nationale des Beaux-arts, nombreuses expositions en France, Angleterre, Belgique, Luxembourg, Suisse, URSS, aux Etats-Unis, au Canada, en Australie et au Japon.

Décoration : Chevalier de l’ordre national du Mérite, Officier des Arts et des Lettres. Distinctions : grand prix du Conseil général de la Seine, 1er prix du Conseil municipal de Paris, grand prix du Conseil général de Seine-et-Oise, sélection du prix de la Critique (1969), grand prix du Président de la République, grand prix des provinces françaises au Salon international de Vichy, grand prix des Pyrénées-Atlantiques, médailles de la Ville de Paris, de Briey, de Levallois-Perret, de Biarritz, de Saverne, de Pont-Audemer, médaille d'or de la Ville de Nancy, Citoyen d’honneur de la ville de Tucquegnieux, de la commune de Repaix, de la ville de Conflans-en-Jarnisy et de la ville de Briey

Membre et Past President du Lions Club de Lunéville et Membre d’honneur du Lions Club de Marly-le-Roi.
(Who's Who)

Biographie

Généalogie

Exposition sur ses peintures



Gilles Fabre (photo Républicain lorrain)




Gilles Fabre  hst figurant un perron ensoleillé avec plantes grasses, sbg, inscriptions manuscrites au dos sur le châssis indiquant "expo Louveciennes 11.12.84 (33,5x41 cm)
310 euros Charleville Meyzières le 7/10/2023



Gilles FABRE (1933-2007). Paysage enneigé.
Huile sur toile, signée en bas à gauche. 46 x 55 cm. 300€ Nancy le 03/02/24



Gilles Fabre: "vue de Nancy"



Le village du Haut de Cagnes le 14 juillet



Au Figuig 1933 / Figuig, est une ville située à l'extrême-est du Maroc, à la jonction entre les hauts plateaux et le nord du Sahara marocain



Gilles FABRE , Nature morte au bouquet de fleurs, huile sur toile signée en bas à droite. Dimensions : 80 x 40 cm. 350€ le 11/06/23 Nancy

Gilles FABRE , Bouquet de fleurs séchées dans un pichet en grès sur une chaise, huile sur toile, sbg, 81 x 54 cm  250€ le 08/06/23



Bouquet de fleurs dans un vase sur un entablement



Gilles FABRE (1933-2007). Bouquet. Huile sur toile signée en bas à gauche. 50 x 50 cm.
390€ Nancy le 4/11/23

Gilles FABRE . Bouquet de fleurs des champs.
 Huile sur toile signée en bas à droite. 35 x 27 cm. 450€ le 21/01/23



FABRE Gilles (1933-2007),

Fleurs dans une potiche, hst, smb, 65 x 54 cm

Anémones au vase vert



Gilles Fabre. Nature morte. Huile sur toile. 53 x 44 cm 400€ Metz le 05/02/2023



Bouquet de fleurs
35.5x27.5 cm   320 euros le 5/06/22 Metz



Gilles FABRE  Bouquet de fleurs printanières.
 Huile sur toile signée en bas à gauche. 65 x 54 cm.
520€ Nancy le 29/04/23



FABRE Gilles (1933-2007),
 Village lorrain avec une ferme accolé à une tour en ruines, hst, sbd, 54,5 x 65,5 cm
500€ Metz le 16/02/24
Ferme lorraine, hst, sbg, 65 x 54 cm
600€ Metz le 16/02/24
Village en Lorraine, hst, sbg, 61 x 50 cm



 Gilles Fabre (1933-2007), HST, La Maria au port (Italie),
SBG, daté au dos 73 - 64x80 cm   800€ Nancy le 16/02/24



Gilles FABRE . La baie d'Halong. Huile sur toile signée en bas à gauche. 54 x 73 cm
980€ Nancy le 20/04/23



Gilles FABRE (1933-2007)

"Paysage automnal"

Huile sur toile signée en bas à gauche. 60x61cm
750€ Senlis 29/10/23



Gilles Fabre- Le petit pont 60x60cm
800€ Metz le 7/12/23



Gilles FABRE (1933-2007)

"Paysage au ruisseau et au pont" hst signée en bas à droite 57x46cm
500€ Lille 12/11/23

Gilles FABRE (1933-2007). Rue de village.
Huile sur toile signée en bas à gauche.  33 x 41 cm.350€ Nancy le 4/11/23



FABRE Gilles , "Paysage d'hiver au clocher", hst, sbd, N° 16682 au dos, 100 x 50 cm

GILLES FABRE , « Lumière d’hiver », 1995,
Huile sur toile signée en bas à droite. H : 46 L : 60 cm
570€ Deuil La Barre le 17/01/2023 850€ Metz le 23/01/23

Gilles FABRE. "Barque et bouleaux au bord d'un lac." Huile sur toile signée en bas à droite. 73,5 x 92,5 cm. 500€ le 21/01/23



Gilles FABRE  "Cabane sous la neige."
Huile sur toile signée en bas à droite. 82 x 100 650€ le 21/01/23

Gilles FABRE  "Le ruisseau aux coquelicots".
Huile sur toile, signée en bas à gauche. 38 x 46 cm. 200€ le 21/01/23



FABRE Gilles "Ruelle aux quatre Saisons" hst, sbg, N° 1174 au dos, 73 x 57 cm
900€ le 23/01/23 Metz



FABRE Gilles  "Rue Haute des Ursins", Paris, Ile de la Cité,
 hst, sbd, N° 3772 au dos, 65 x 54 cm  500€  Metz le 23/01/23



FABRE Gilles , "Sous le platane", hst, sbg, N° 14373 au dos, 65 x 54 cm
600€ Metz le 23/01/23



Ferme dans la neige
60x74cm -  850 euros le 5 juin 2022 Metz



Ferme lorraine



Gilles Fabre. Vue d'un village lorrain. HSToile. Signée en bas à droite. Datée 76 au dos



Maison lorraine



Le chemin aux noisettes



Cabane et bois



Attigny, pont de la Saône



 Gilles FABRE, Hst, Nature morte - 55x45 cm
420 € Nancy le 26/01/23 



Nature morte aux tulipes



Paysage au manoir



Paysage à la vieille tour



Maison et fontaine



Village de Lorraine

Huile sur toile, signée en bas à gauche. 28 x 35 cm



La charrette



488 - Gilles Fabre "Repaix au printemps" - 44x52 cm -  200 euros le 23/06/22 Nancy


Tableau 1  600€ et Tableau 3 500€ Metz le 26/02/24



La Celles-sur-Belle (Deux Sèvres)
Abbaye royale Notre-Dame



Le pont de Joinville, hst, sbg, 54 x 73 cm
1050 euros, Metz 21/02/2022



Place de Furstenberg

750 euos, vente déc 2021



Venise



 Gilles FABRE , huile sur toile, "la Calèche"- 36x43 cm



Gilles FABRE (1933-2007). Paris, le jardin des Tuileries. Lithographie, épreuve d'artiste, signée, datée "1985" et dédicacée. 50 x 62 cm.



FABRE Gilles. Deux lithographies originales signées par l'artiste, numérotées et EA. Dimensions : 59 x 46 cm. et 65 x 49,5 cm.

**********************************************************

Christophe Fratin (Metz 1901-La Raincy 1964)
Sculpteur

Christophe Fratin est l’un des premiers sculpteurs à pratiquer le style animalier, une tendance du milieu du XIXe siècle de portraits d’animaux dans un style romantique et naturaliste que l’on retrouve dans les domaines de la sculpture et de la peinture.


 Sa statue "Deux Aigles Gardant leur Proie" (fondue en 1850) (voir ci-dessous) montre les animaux dans des poses dynamiques; elle est exposée à Central Park depuis 1863, faisant d’elle la plus ancienne et célèbre sculpture de tous les parcs new-yorkais.

Christophe Fratin  est le fils d'Henry Fratin, cordonnier et taxidermiste qui lui apprend l’anatomie animale et de Catherine Moderé, sans profession. Après des études à l'École gratuite de dessin de Metz, il se dit, par goût commun pour les chevaux, élève de Carle Vernet et du peintre romantique Théodore Géricault à Paris. 

Il connait le succès dans les années 1830 et se place ainsi au premier rang des sculpteurs de l'école animalière française avec Auguste Caïn (1821-1894), François Pompon (1855-1933) ou encore Antoine-Louis Barye (1796-1875).

Il expose au Salon de Paris de 1831 à 1863.

Fratin doit dès lors répondre à de nombreuses commandes françaises, mais aussi internationales. Il connaît un grand succès en Angleterre qu'il visite de 1833 à 1834, ses œuvres seront mêmes exportées en Amérique et jusqu'à Saint-Pétersbourg pour répondre aux commandes de l'Empereur Nicolas Ier.
il faut également souligner le grand sens de l'humour qui caractérise le sculpteur et qui transparaît dans le fourmillement de détails pittoresques qu'on retrouve dans ces œuvres. C'est cet aspect de son travail qui le différencie le plus de son rival Antoine-Louis Barye reconnu pour son traitement plus tragique et violent du monde animal.
Dans les années 1840, Christophe Fratin lance la production de petits modèles qui sont très appréciés. Au cours de la décennie 1850, le sculpteur réussit à obtenir des commandes publiques comme Les Deux Aigles gardant leur Proie (1853) ou encore La Chasse (1855), un fronton pour la Cour Visconti du Palais du Louvre.

Nombreux groupes en bronze. Prédilection pour les sujets dramatiques :
– Écorché de cheval (Salon, 1833)
– Vache que les loups vont dévorer (1834)
– Cheval attaqué par un tigre (1834)
– Vautour dévorant une gazelle (groupe en bronze, 1835)
– Tigre terrassant un jeune chameau (groupe en bronze, 1835)
– Lion dévorant un zèbre (groupe en bronze, 1835)
– Éléphant tenant un tigre (groupe en bronze, 21835)
– Lionne apportant une proie à ses lionceaux (groupe en bronze)
– Cerf couché se léchant (figure en bronze)
– Cheval mort (figure en bronze, 1835)
– Lion entraînant une proie (groupe en bronze, 1836)
– Aigle et vautour se disputant une proie (groupe en bronze, 1839)
– Deux chiens (bronze)
– Un cheval (bronze)
– Un cerf aux abois (bronze)
– Deux aigles (bronze)
– Cheval pur-sang (1850)
Différents fondeurs éditent ses œuvres : Thiébaut, Quesnel, Daubrée, Braux, Susse, Richard, Eck et Durand.
Longues listes d’œuvres, avec ou non nom de fondeur dans Kjellberg, p. 322-327.






Christophe Fratin par Pierre Petit et sa caricature,
Christophe Fratin ciselant le Lion combattant un serpent,
lithographie du Miroir drolatique.



Christophe FRATIN (1801 - 1864) "Autoportrait" fondu entre 1838 et 1844 Sculpture en bronze à patine brune nuancée figurant Fratin en pied, tenant entre ses bras un ours et un singe, ses poches débordant des différents animaux représentés dans ses travaux. Estampillée "Fratin" sur la terrasse et signée sur la plinthe

Rare épreuve en bronze à patine brun nuancé figurant l’artiste avec des animaux dans les poches. Rare fonte d’édition ancienne signée. Marque de fondeur DAUBREE.




Deux aigles gardant leur proie Central Park New-York

La plus ancienne et célèbre sculpture de tous les parcs new-yorkais.



L'ours dentiste, musée du Louvre



Le singe barbier ou Avis d'ours mal léchés
Epreuve en bronze patiné estampillé FRATIN et A. DAUBREE EDITEUR sur la terrasse



Paire de candélabres à trois branches, musée du Louvre
vers 1840-45



271 Christophe FRATIN (1801-1864), Ours acrobates Paire de sculptures en bronze à patine brune, estampillées « FRATIN », 24 x 16,8 x 8,6 cm Circa 1860 Voir page 21 item n°10 du livre « FRATIN Objets décoratifs & Sculptures romantiques » de Michel Poletti et Alain Richarme / 5400€ Lille le 8/10/2023



Christophe FRATIN (D'après). Bronze à patine brune représentant une jument et son poulain sur une terrasse.  Paris. Époque fin du XIXème siècle. Porte la signature C. FRATIN sur la terrasse.
Dimensions : 21,5 x 23 x 12,5 cm.
1000€ Moutier Saint Jean le 29/10/23



Tigre marchant

Autre vente, autre légende: Christophe FRATIN Lion Epreuve en bronze patiné vert, fonte ancienne. Signé sur la terrasse. Haut. : 27 cm - Long. : 57 cm - Prof. : 15,5 cm



Lion (ou tigre) attaquant un cheval, square Brunot, 75014 Paris
Statue disparue à la guerre
Le square de Montrouge a été renommé square Ferdinand-Brunot en 1947. Il abritait dans les années 1900 plusieurs statues dont un buste de La République en pierre, et ce  cheval sauvage attaqué par un lion par Ch. Fratin (1865)



Christophe Fratin (1801-1864) - Aigles- Signé et marqué Daubrée éditeur



Christophe FRATIN (1801-1864) " Loup et sa proie" Sculpture en bronze à patine brune à nuances dorées. Signée "Fratin" en creux, sur la terrasse. Dimensions : 10.5 x 16 x 8.7

Attribué à Christophe FRATIN (1801-1864) "loup devant un piège" Sculpture en bronze à patine brune à nuances dorées. Dimensions :10 x 16 x 8 cm



Lions marchant



"Taureau tête dressée"

Bronze à patine médaille, signé sur le bord de la terrasse à côté de l'inscription du fondeur "Société des bronzes".

Haut.: 41,5 cm - Larg.: 38 cm - Prof.: 16 cm



Trois chevaux, scène de haras
Bronze à patine brune
Fonte unique
Signée 'FRATIN' et marque du fondeur 'Quesnel fdeur'
Provenance : Collection James de Rothschild, fonte très probablement commandée par lui à l'artiste avant la reconstruction du château de Ferrières par Paxton, mentionnée ainsi dans les archives privées : " Groupe de trois chevaux en liberté. Travail moderne"

Le célèbre fondeur Eugène Quesnel (1792-1858), grand spécialiste et précurseur de la fonte au sable, s'associe alors avec Fratin pour éditer nombre de ses petits sujets animaliers poétiques et d'une grâce inattendue.

Cette impressionnante 'Scène de haras', pièce unique, figurant trois pur-sang engagés dans une lutte fougueuse et tournoyante, d'un romantisme échevelé, est sans conteste une prouesse technique dont Eugène Quesnel est fier au point d'y apposer sa signature dans les mêmes proportions que celle de l'artiste. Outre l'inventivité de la composition et la qualité de la fonte virtuose et nerveuse, c'est sans doute la précision anatomique des chevaux, exaltés par le combat, qui a séduit les illustres propriétaires successifs de ce groupe, tous grands noms du monde hippique depuis la famille de Rothschild à l'actuel propriétaire en passant par l'illustre marchand de chevaux René Georger.
Pour concevoir cet important groupe de trois chevaux, Fratin s'est certainement inspiré des Duncan's horses du sculpteur anglais John Graham Lough exposés à Londres en 1832 et aujourd'hui conservés au Los Angeles County Museum of Art.



"Ours et singe pédicure"
circa 1850
Sculpture en bronze à patine brune nuancée figurant un ours allongé dans sa baignoire, un singe lui prodiguant une pédicure.
La baignoire repose sur quatre tortues et est décorée de médaillons de scènes mythologiques et de masques.

"Rhinocéros d'Asie"
Sculpture en bronze à patine brune.
Estampillée "Fratin" sur la terrasse.




"Ours et Singes"
Exceptionnelle suite de deux candélabres à trois lumières en bronze à patine brune nuancée verte.
Ils prennent chacun la forme d'un arbre auquel s'accrochent sur l'un deux ours et un singe et sur l'autre trois ours. Ils reposent sur un socle en marbre noir.



Encrier en bronze ciselé et redoré représentant un coquillage
bivalve orné d’une scène de chasse au sanglier. Le couvercle
dévoile deux porte-godets en forme de crabe. Repose sur des
pieds en escargots et lézards.




Les aigles, Montigny-les-Metz



Chiens de chasse
Sculpture en bronze à patine nuancée, fonte d'édition ancienne de THIEBAUT et fils à Paris dans un cachet de l'exposition universelle de 1878 Estimation 5 à 7000€ oct 2021


le pur-sang de l'esplanade de Metz
Fondeur: ECK ET DURAND

*********

Georges Folmer (Nancy 1895- Neumuhl Allemagne 1977)

Peintre et sculpteur

Généalogie par Brigitte Hellio Caquelin


Georges Folmer entre à l’École des Beaux-Arts de Nancy à l’âge de 15 ans. Il y suit un enseignement pluridisciplinaire : dessin, peinture, sculpture, gravure sur bois et sur cuivre, architecture. Mais en 1914, il est fait prisonnier civil en Allemagne au camp de Holzminden jusqu’en 1917, il est libéré sous condition à Genève où il terminera ses études à l’École des Beaux-Arts.

Georges Folmer se familiarise avec les théories esthétiques du Stijl, du Bauhaus et des constructivistes Russes en travaillant avec Félix Del Marle à partir de 1926. Il s’installe à la Ruche à Montparnasse, et fréquente les artistes de Montparnasse : Albert Gleizes, le couple Delaunay, Auguste Herbin et Jean Gorin. En 1947, il expose avec ces mêmes artistes à l’occasion du deuxième salon des Réalités Nouvelles. Dès 1950, Georges Folmer devient un peintre incontournable du courant abstrait géométrique en France



Georges Folmer « Monotype, » 1949,
Encre et gouache sur papier. Signé en bas au centre, cachet monogramme et daté. H : 50 L : 38 cm 3600 euros le 25 janv 2022

Bibliograhie : Georges Folmer – Catalogue Raisonné, Editions Librairie des Musées, p. 135 / Ref. CAT 465, 1949. Exposition : Folmer et l’abstraction géométrique, MBA, Nancy, 1993, cat. N°66, repr. Coul. P. 106. Papier Contrecollé sur carton. Traces de l’encadrement sur les bords. Dimensions totales : 56x44 cm.



Composition 1956




Composition bleue 1940-42



Femme chantante 1928




La grande Erèbe 1956



Normandie 1930

******************

Jacques-Eugène Feyen (Bey-sur-Seille 1815- Paris 1908)
son frère aîné Augustin Feyen-Perrin (Bey-sur-Seille 1829-Paris 1888)

Alfred Feyen Perrin




Augustin Feyen Perrin (frère cadet) et Jacques Eugène Feyen

Peintre et graveur, natif de Bey sur Seille (54) en 1815, Jacques Eugène Feyen était fils d'un percepteur et frère ainé du peintre Augustin Feyen-Perrin qu'il initia à la peinture, Jacques-Eugène entre à l'école des Beaux-Arts et étudie avec Paul Delaroche. Devenu photographe avec son frère, il revient à la peinture. Présent au Salon de 1841 à 1882, il y est médaillé en 1866 et 1880. Il est décoré de la Légion d'honneur en 1881. En 1895, il revient au Salon avec trois huiles "Le marin", "Héroïsme" et "Marchande de poissons".

Il s'installe en été à Cancale, et y passe plusieurs mois par an à peindre des vues de Cancale, de la récolte des huitres et de la baie du Mont Saint-Michel. Ses tableaux à la fois réalistes et impressionnistes sont constamment appréciés en France et à l'étranger. C'est sa copie de "La Joconde" qui devait remplacer ce tableau après qu'il eut été volé en 1913 au Musée du Louvre.

C'est avant 1870, que les deux frères découvrent la Bretagne et en particulier la baie de Cancale.
Le commandant LALANCE dit : "Eugène Feyen se fit alors le peintre des habitants de cette partie de la Basse-Bretagne, dont la nature fruste et sauvage ne manque pas de poésie. Lui, comme son frère, avec le même sentiment sans doute, la même comprèhension, il sut idéaliser ses modèles, les montrer sous un jour moins brutal que la réalité, gardant une parcelle de cette école des romantiques à laquelle il avait été élevé."

Ils reposent au cimetière de Montmartre à Paris.



Eugène Feyen " Cancale" 17x13cm



FEYEN Eugène, 1815-1908 Bord de mer aux bateaux huile sur carton signé en bas à gauche 18 x 31 cm 550€ Paris 29/06/23



Eugène Feyen . La marchande de coquillages.
 Circa 1880. Huile sur panneau signée en bas à gauche (à deux reprises), étiquette aux dos. 50 x 32,5 cm.
  850€ le 14/10/22





Eugène Feyen . " La jeune bergère ". Circa 1870.
 Huile sur toile signée en bas à gauche. 61 x 108 cm.
invendu le 23/09/22 Nancy pour une estimation de 2000-3000 €



Eugène Feyen, le retour du pêcheur
   huile sur toile  64x93cm



Eugène Feyen Inquiétude 1905
Huile sur toile 100x150
cm
4000€ Saint-Dié le 17/06/23

Particulièrement attiré par le charme et les couleurs de la Bretagne, l' artiste choisit de quitter la capitale, afin de découvrir de nouveaux paysages. Il s' installe donc à Cancale, durant les mois d' été, avec son frère. De ce fait, à partir de 1861, les sujets bretons occupent une grande part de sa production artistique : au coeur de ses toiles se déclinent les scènes de vie rurales, le travail des pêcheurs, portant leurs filets, ainsi que des figurations de femmes sur la plage. L' authenticité de cette région de France, encore épargnée par la modernité naissante animant le reste du pays, attire un grand nombre d 'artistes. Les peintres, séduits par ce charme brut et cette terre emprunte d une forme de nostalgie, s' empressent alors de traduire ces paysages et ces scènes de vie populaires. Feyen ne fait pas exception : il part lui aussi en quête de ces sujets authentiques, qu' il couche sur ses toiles. 

Une partie de sa production artistique appartient aujourd' hui à des collections publiques. Son  oeuvre est notamment présentée à Quimper, au musée Départemental Breton. Par ailleurs, trois de ses toiles intitulées Le Marin, Héroïsme, ou encore Les Naufragés, sont exposées au musée des Beaux-Arts de Rennes. Le Baiser enfantin, présenté au salon de 1865 est exposé au palais des Beaux-Arts de Lille. Nous retrouvons certains de ses tableaux aux musées de Nancy et Mulhouse.



  Eugène Feyen
"Paysage de mer", huile sur panneau
 (24,1 x 31,4 cm.)

     "Un gros temps ", 1871
huile sur panneau




    Eugene Feyen

    "Parisiens á la pêche aux crevettes"

    66 x 95,5 cm.




Jacques Eugène Feyen

La criée au poisson




Jacques Eugène Feyen

Solitude





    Jacques Eugène Feyen

    Femmes de pêcheur inquiètes

Huile sur bois 55x40 cm



    François Nicolas Augustin Feyen-Perrin

    "La villageoise, ramasseuse de goemon ", 1880
    100 x 65 cm.


"La ramasseuse d'huîtres



    François Nicolas Augustin Feyen-Perrin
    "Fruits de mer"
Huile sur toile 69.5x88.9 cm



François FEYEN-PERRIN (1826-1888) "Bretonne pêchant à pied sur la plage". Huile sur panneau signé en bas à gauche, une vache peint au dos du panneau. 24 x 16 cm
250€ le 22/06/23 Aix en Provence



Bretonne en bord de mer par François Augustin Feyen-Perrin



Alfred Feyen Perrin 1838-1918
"Italienne en recueillement"

Huile sur toile signée en bas à gauche 56x46cm 300€ le 16/02/23 Toulouse



Augustin Feyen-Perrin (1826-1888). "La baigneuse".
Huile sur panneau. Signé en bas à droite. 52,5 x 30 cm.
600 euros Lyon le 18/10/2022



Eugène Feyen
Embarquement des pêcheurs bretons

Huile sur toile. Signée en bas à gauche. 32 x 50 cm



Femmes de pêcheur sur la grève, retour de pêche ou Inquiétude (1905).

Importante huile sur toile, signée et annotée "né en 1815"en bas à droite 100 x 150

Particulièrement attiré par le charme et les couleurs de la Bretagne, l'artiste choisit de quitter la capitale, afin de découvrir de nouveaux paysages. Il s installe donc à Cancale, durant les mois d été, avec son frère. De ce fait, à partir de 1861, les sujets bretons occupent une grande part de sa production artistique : au coeur de ses toiles se déclinent les scènes de vie rurales, le travail des pêcheurs, portant leurs filets, ainsi que des figurations de femmes sur la plage. L'authenticité de cette région de France, encore épargnée par la modernité naissante animant le reste du pays, attire un grand nombre d'artistes. Les peintres, séduits par ce charme brut et cette terre emprunte d'une forme de nostalgie,s' empressent alors de traduire ces paysages et ces scènes de vie populaires. Feyen ne fait pas exception : il part lui aussi en quête de ces sujets authentiques, qu il couche sur ses toiles. 

Une partie de sa production artistique appartient aujourd hui à des collections publiques. Son  oeuvre est notamment présentée à Quimper, au musée Départemental Breton. Par ailleurs, trois de ses toiles intitulées Le Marin, Héroïsme, ou encore Les Naufragés, sont exposées au musée des Beaux-Arts de Rennes. Le Baiser enfantin, présenté au salon de 1865 est exposé au palais des Beaux-Arts de Lille. Nous retrouvons certains de ses tableaux aux musées de Nancy et Mulhouse.



Feyen Eugène, "retour de pêche à Cancale"
huile sur toile
signée en bas à gauche,
porte une étiquette avec un n°16 en bas à droite, titrée au dos
31,5 x 51 cm 1500 € le 01/12/22 Paris 800 € Nancy le 17/03/23



Eugène Feyen - "Le sommeil"

Huile sur panneau, signée en bas à gauche " Eug. FEYEN " 55X40 cm



Feyen, Jacques-Eugène  Femmes bretonnes attendant l'arrivée des pêcheurs. Huile sur carton à peindre. 32 x 49,5 cm. Signé en bas à droite.



Eugène Feyen "Scène familiale"

huile sur toile , signée en bas à gauche 65x95 cm

*******************

Louis Fuchs (Nancy 1872-Nancy 1946)

 Louis Fuchs  fut élève à l'Ecole Nationale des Arts Décoratifs, professeur aux Beaux-Arts de Nancy. Très peu d’informations sur cet artiste, quelques lignes ici ou là, souvent associées à Victor Prouvé, dans l’Est Républicain. Louis Fuchs est décédé en décembre 1946 à 74 ans. La seule publication nous indique qu’il participe à un concours d’art décoratif pour les magasins du Louvre en 1897, participation suivie par la création d’un vase « crocus » pour l’exposition universelle de 1900. Il participa à la décoration de la rue Royale à Paris dans le cadre de cette même exposition. On note ensuite l’illustration d’une nouvelle et d’un poème ainsi que des décors de paons dans des publications. On note une toile « quais de Seine à Paris » aux USA et on indique également dans l'Est Républicain  l’exécution de nombreux portraits de nancéiens.

Qui est Louis Fuchs?
Portrait de Louis Fuchs par l'Est Républicain

Généalogie par Bigitte Hellio Caquelin





La place Stanislas à Nancy 47x60 cm
120€ Nancy le 15/12/23



Le vase Crocus par Louis Fuchs Exposition Universelle de 1900
 
 Ce qui se dit au niveau des critiques REVUE DES ARTS DECORATIFS
Un prix de 500 francs à M. Louis Fuchs, pour un vase verre « crocus », exécuté à la verrerie Daum, de Nancy. A l'exécution, ce joli vase a perdu quelque peu et n'a pas gardé les colorations distinguées de la maquette primée au premier concours de l'Union centrale ; le ton rose, trop vif et trop uniformément dur, ne se fond plus avec les feuilles vertes, actuellement trop foncées, de la base. Mais les proportions ont conservé leur charme, et la silhouette sa souplesse peu banale.
Voir aussi

****

Les Foulon sculpteurs lorrains

En 1689 (ligue dAugsbourg) et 1709 Louis XIV demande à ses sujets, pour financer ses guerres, de faire fondre tous les objets en métal précieux ; Ils préféreront ensuite des objets en bois très dur dit « de Bagard » ou « de Sainte- Lucie » d'origine lorraine, objets pour la plupart de petite dimension.
« Lucie », du nom de la forêt,aujourd'hui disparue, sa dureté et l'habileté des artisans lorrains lui permettaient d'imiter à la perfection les formes et les motifs des objets en argent.
La Lorraine, duché indépendant a pour capitale Nancy, et devient ainsi le centre de fabrication de ces objets si recherchés.
Parmi les ateliers les plus importants on peut citer : celui de César Bagard (1620-1709), sculpteur du duc Charles IV de Lorraine, ou des Foulon étroitement liés à César Bagard.



GRAND CRUCIFIX en merisier provenant de la forêt de Sainte-Lucie près de Nancy, avec Marie-Madeleine au pied de la croix. Encadrement à palmettes. Atelier de la famille Foulon à Nancy, fin du XVIIe siècle.
Hauteur : 73 cm. Largeur : 50 cm.
Objet d’art provenant des collections Anne-Aymone et Valéry Giscard d'Estaing
3400€ le 13/12/22 Versailles



Statuette en bois dit de "sainte Lucie" ou de "Bagard"
représentant Georges d'Aubusson de la Feuillade, évêque de Metz, coiffé d'une mitre et tenant la crosse de sa main gauche Il repose sur une base quadrangulaire ornée de ses armes
XVIIème siècle

FOULON (César), XVIIème siècle, sculpteur émérite et chef de la famille des sculpteurs lorrains de ce nom. Il était né à Neuves-Maisons près Nancy. Il fut reçu bourgeois de la capitale lorraine en 1614 et épousa en cette ville Nicole, qui mourut, veuve, le 29 décembre 1652. Lui-même était mort vers 1644, à Nancy. Il eut un fils, Nicolas-François, son élève et sculpteur comme lui, qui naquit à Nancy, paroisse S'-Sébastien, le 19 mai 1628. César fut parrain, le 27 avril 1620, du fameux sculpteur sur bois César Bagard. En 1632, il passa un traité avec la Ville de Nancy pour exécuter une table d'argent avec le plan en relief de cette ville, pour le vœu à Notre-Dame de Lorette en reconnaissance de la délivrance de la peste qui sévissait sur la cité, depuis 1631.

On le voit nommé commissaire de quartier de la Ville Neuve en 1636.

FOULON (Nicolas-François), XVIIème siècle, sculpteur, fils de César, né à Nancy et baptisé (paroisse Saint-Sébastien) le 19 mai 1628. Élève de son père, il collabora surtout à ses travaux. On le voit contribuable de la ville de 1658 à 1672. Il eut de sa femme, Claire Allié, plusieurs enfants, dont César II, né à Nancy le 2 juin 1656; Nicolas-François II, le 30 octobre 1658; puis, le 1eraoût 1671, François-Ignace, dont le parrain fut le fameux François Serre, conseiller d'Etat de Lorraine. Claire Allié était morte avant 1691, car Nicolas-François se remaria le 7 janvier de cette année avec Claude Verlaine. Nicolas-François l'r mourut à Nancy et fut enterré le 26 avril 1698, âgé de 70 ans. Il avait été reçu, en qualité de sculpteur, comme membre de la Confrérie de la Congrégation de Nancy, le ler janvier 1667. Un autre fils de Nicolas-François Ier, Jean Foulon, sculpteur, épousa à Nancy, le 28 avril 1682, Claude-Françoise Levert et fut reçu membre de la Confrérie de la Congrégation, comme sculpteur, le 8 octobre 1682.

FOULON (Nicolas-François II), XVII- siècle, sculpteur, élève de son père Nicolas-François Ier, naquit à Nancy, et fut baptisé le 30 octobre 1658; épousa, dans sa ville natale, le 26 mai 1686, Jeanne Jeanpierre, fille de Nicolas Jeanpierre, tabellion à Nancy.

FOULON (Jean), fils de Nicolas-François Ier, XVIIème siècle, sculpteur, élève de son père, épousa à Nancy, le 28 avril 1682, Claude-Françoise Levert et fut reçu membre de la Confrérie de la Congrégation, en qualité de sculpteur, le 8 octobre de la même année. Élu conseiller à Nancy, le 26 février 1688, il figure sur le rôle des contribuables en 1698, toujours en qualité de sculpteur. Il eut plusieurs enfants, dont deux fils : NicolasFrançois III, baptisé le 9 février 1688, et César-Ignace II, le 24 janvier 1689, dont Nicolas-François II fut parrain, pour César Hennequin, sculpteur de Metz, absent. Jean était, en 1698, officier de la milice bourgeoise de Nancy.

Archives de Nancy.
 
******




Autre recherche à partir de l'initiale du nom de l'artiste:

A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

retour à l'accueil Nancy